Dactylologie

    C’est l’alphabet de la LSF servant à transcrire les mots d’écrits. Il s’agit de 26 signes plus ou moins arbitraires pour l’alphabet. Certains ressemblent au dessin de la lettre écrite. Les configurations de la dactylologie sont la source d’un certain nombre de signes. Il s’agit d’emprunts à la forme écrite de la langue orale. Exemple : L pour lundi, J pour jeudi, V pour vrai, P pour Paris, …

    Pour épeler les noms, et en dépannage : On « dactylologise » lorsque l’on a besoin de nommer une personne ou un lieu pour lesquels il n’existe pas ou pas encore de signes, ou lorsque le locuteur ou l’interlocuteur ont une maîtrise moindre de la langue, en dépannage.

Quelques règles :

  • Épeler tout le mot avec la même main.
  • Eviter de rythmer lettre par lettre.
  • Rester sur le même plan sans décaler les lettres.
  • Pour deux lettres identiques qui se suivent, petit mouvement latéral avec la même lettre : Isabelle.
  • Les accents sont facultatifs et se font avec l’index.
  • Essayer de dactylologiser en pensant le mot par syllabes.
  • Finir d’épeler, même si l’interlocuteur a compris avant la fin.